Bandes fleuries dans les parcelles : Evaluation et valorisation des services rendus par la biodiversité en systèmes de grandes cultures

couvert innovant

En zone de plaine céréalière, les sites refuge pour la faune et la flore sont rares (haies, bosquets, bordures de champs).

Les aménagements tels que les bandes fleuries en bordure ou au cœur des parcelles occupent donc une place stratégique dans le maintien de cette biodiversité et les services qu’elle rend.
De plus, les agriculteurs rencontrent des pressions croissantes de ravageurs sur certaines cultures et sont confrontés à la perte d’efficacité des produits phytosanitaires. Face à ce constat, l’enjeu réside dans le développement d’une agriculture multifonctionnelle alliant la protection intégrée avec la mobilisation de processus écologiques faisant appel à la biodiversité.

En 2018, un nouveau projet a vu le jour en collaboration avec l’INRA et AgroParisTech, l’UMR Agronomie, UMR ESE, l’association Hommes et Territoires, la fondation François Sommer et la CA28. (La CRAC, CA37 et CA18 mettent en place une expérimentation similaire)

L’objectif de ce projet est double :

1- Il s’agit d’évaluer les effets des aménagements écologiques que sont les bandes fleuries (elles permettent le redécoupage des parcelles et l’augmentation de l’hétérogénéité spatiale) sur les différents services rendus par la biodiversité,

2- De diffuser et d’encourager le développement de ces aménagements sur le territoire en mobilisant la profession et l’enseignement agricole à travers des actions de communication, de démonstration et des ateliers de co-conception.

Panneau

Une expérimentation in situ

  • - Suivi d’un réseau de 27 agriculteurs volontaires répartis sur un territoire comprenant les Yvelines, l’Essonne et le nord de l’Eure-et-Loir.
  • - Ces agriculteurs mettent déjà en œuvre des pratiques valorisant la biodiversité : agriculture biologique, agriculture de conservation ou systèmes de cultures intermédiaires entre les deux.
  • - Ce réseau permet de comparer des systèmes agricoles contrastés en quantifiant une diversité de services écosystémiques : chez chaque agriculteur la parcelle redécoupée avec une bande fleurie est comparée avec une parcelle « témoin » non aménagée (même contexte, même conduite).

Objectif : évaluer la multifonctionnalité des systèmes de cultureCoccinelle

Au sein de ce réseau de parcelles, l’objectif est de suivre chaque année pendant 3 ans :

-  les auxiliaires des cultures (arthropodes prédateurs et parasitoïdes)

-  la régulation biologique des ravageurs (pucerons d’automne sur blé ; méligèthes, altises et charançons sur colza ; bruches sur légumineuses).

-  les pollinisateurs

-  les vertébrés typiques des plaines céréalières (oiseaux et chauves-souris)

L’objectif est de suivre une large palette d’organismes vivants à tous les niveaux trophiques associés à la diversité des services rendus, leurs synergies ou leurs antagonismes.

L’état des milieux en termes de structure et de ressources ainsi que la description fonctionnelle du système de cultures et des aménagements (ressources en fleurs pour les insectes, ressources en invertébrés pour les oiseaux ou les chauves-souris, indicateurs de perturbations par le travail du sol ou de pesticides) compléteront le dispositif de suivi.

Différents services liés à la fertilité de sol seront également étudiés : stabilité structurales, activité microbienne de dégradation de la matière organique, …

Cette étude permettra aussi de comprendre les effets combinés d’aménagements écologiques, de découpage de parcelle, et de systèmes culturaux à moindre perturbations.

Composition des bandes fleuries

Compte-tenu des objectifs du projet, la composition des bandes fleuries n’a pas été raisonné dans le but de maximiser un seul objectif mais pour atteindre une multifonctionnalité capable de répondre à la diversité des attentes des acteurs du territoire.
Les bandes fleuries se composent d’une quarantaine d’espèces natives de la région et semées à partir de lots de semences d’origine locale autant que possible. La particularité de l’Eure-et-Loir comme zone de production de semences a été prise en compte et le mélange a été légèrement adapté afin d’éviter le risque d’hybridation entre les espèces composant la bande fleurie et les cultures de portes-graines.

Couvert2

Une action d’animation et de transfert simultanée

Le partenariat entre la recherche, les acteurs d’animation territoriale, les acteurs du développement agricole et les porteurs des enjeux liés à la biodiversité permet d’exploiter les différents moyens de transfert et de valorisation à travers les réseaux de chacun.

Des ateliers de partage de connaissance et d’animation entre groupe d’acteurs sont réalisés tout au long du projet et de manière simultanée à l’action de recherche. L’objectif est de s’adapter si possible aux demandes des agriculteurs expérimentateurs, mais aussi de partager l’expérience, diffuser les résultats simultanément à la production de connaissance.

L’action portera sur le déploiement de bandes fleuries à visée démonstratives sur différents territoires, sur des évènements de communication et de diffusion de cette pratique innovante mais aussi sur l’intégration de cette thématique dans l’enseignement agricole via des ateliers de co-conception de mélange.

L’association Hommes-et-Territoires anime le réseau d’agriculteurs du département de l’Eure-et-Loir et assure la synthèse des données dans le but de proposer des ateliers de partage de connaissances, des évènements de communication élargie ou des actions pédagogiques pour les acteurs du territoire (conseillers agricoles, techniciens de fédération des chasseurs, coopératives, acteurs de l’apiculture) et l’enseignement.

L’association participe de manière conjointe avec la Chambre Régionale d’Agriculture Centre-Val de Loire à la coordination régionale de la déclinaison de cette expérimentation sur deux départements de la région dans le cadre du CAPfilière Grandes Cultures.

Une action déclinée dans le CAP Filière Grandes cultures en région Centre-Val de Loire :

Les départements du Cher et de l’Indre-et-Loire reproduisent cette expérimentation avec des suivis simplifiés pour permettre l’acquisition de références locales afin de promouvoir cette pratique vers les agriculteurs de la région.
L’objectif est d’étudier l’impact sur la biodiversité des aménagement bandes fleuries mais également les bordures de champs fleuries (mélanges Agrifaune issus des expérimentations dans le Loiret et l’Eure-et-Loir).

Les suivis (comparaison d’un couple de parcelles avec et sans aménagement) concernent :

  • - la régulation biologique des ravageurs avec le piégeage de ravageurs et de larves de parasitoïdes (les ravageurs concernés sont les même que sur l’expérimentation en Ile-de-France et Eure-et-Loir).
  • - La préservation des insectes pollinisateurs via l’évaluation de la ressources nectarifères et le piégeage des insectes volants.
  • - Les cultures adjacentes par le biais d’un relevé paysager et de la collecte des données concernant l’itinéraire technique de la parcelle cultivée et de la bande/bordure.

A l’heure actuelle, neuf bandes fleuries ont été semées cet automne sur les deux départements et le suivi des bordures de champs concerne 5 sites en Eure-et-Loir.

 

Pour plus de renseignements:

Chloé SWIDERSKI
02 38 71 90 80
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.